ETUDE RT 2012

 

FLUDITEC vous accompagne dans tous vos projets de conception RT 2012 et de maisons passives. Vous trouverez ci-dessous des éléments qui vous permettront d'appréhender ces sujets. 

 

Préambule


Depuis plus de 35 ans (1973 date du premier choc pétrolier), la construction des bâtiments neufs est soumise à des obligations thermiques et énergétiques afin de limiter leurs consommations.

La RT 2005 (Réglementation Thermique 2005) fixait des obligations de moyens et imposait une étude thermique comme moyen de contrôle et validation de sa performance énergétique. Toutefois, n’ayant pas de jalon de contrôle, peu de constructions vérifiaient cette caractéristique. Des enquêtes réalisées par l’ADEME et les services de l’état ont mis en évidence que plus de 40% des bâtiments ne respectaient pas la RT2005.
       reglementations-thermiques-label-BBC
     
exigence-reglementations-thermiques En 2009, le grenelle de l’environnement a défini une nouvelle trajectoire concernant la performance énergétique des bâtiments neufs en fixant comme objectif des bâtiments positifs d’ici 2020 (produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment).

Pour atteindre cet objectif, l’état (la DHUP) a défini un point intermédiaire avec la mise en place de la RT 2012. La RT2012 est le fruit d’une expérimentation réalisée avec les bâtiments BBC (Bâtiment Basse Consommation). Ce terme caractérise un bâtiment RT 2005 dont sa consommation énergétique ne dépasse 50 kWhep/an.m².

   
Le RT2012 a repris cet objectif en apportant des points de contrôle, passage obligatoire dans l’acte de construction :

      ► PC : validation de la performance énergétique par la réalisation d'une étude thermique;

      ► Réception : contrôle "in-situ" de la qualité de la mise en oeuvre des matériaux par la réalisation d'un test physique - test d'étanchéité à l'air.

Attestation de réception par la vérification visuelle des matériaux et systèmes mis en oeuvre en conformité avec les éléments de l'étude.

       etude-thermique-fluditec
     

La RT2012 apporte 2 principes nouveaux et ambitieux :

 Un contrôle de la performance avec des jalons bloquants (PC, réception)

 Une performance énergétique ambitieuse (50 kWhep/an.m²)              

Le détail de la RT2012 est accessible sur le site www.rt-Batiment.fr .

Une étude réglementaire, c'est quoi?

Contrairement à un DPE (Diagnostic de Performance Energétique), une étude réglementaire réalise un calcul précis de la consommation énergétique en caractérisant tous les phénonèmes techniques liés à l’usage de ce bâtiment :

 Besoin de chauffage

 Besoin d’éclairage

 Besoin de refroidissement

 Consommation énergétique pour l’eau chaude sanitaire

 Consommation des accessoires techniques (ventilateurs, pompes de circulation …) dit auxiliaires

Ces éléments sont le résultat de calculs réalisés sur les 8 759 heures d’une année prenant en compte tous les phénomènes externes (climat, ensoleillement …) et internes (exposition, isolation, type de systèmes, exploitation du bâtiment, apports internes, …). Tous ces calculs aboutissent à la définition de 3 indicateurs caractérisant les critères énergétiques :

► Bbio : Indicateur définissant le Besoin Bioclimatique. Sans unité, cet indicateur traduit la qualité Bioclimatique de la conception (orientation optimum du bâtiment, isolation performante, exposition des baies permettant l’exploitation des apports gratuit). Le Bbio doit être inférieur à une valeur maximale définie (Bbio max). Le Bbio est l’indicateur à présenter au stade du PC.

► Cep : Consommation énergétique exprimée en kWhep/an.m² (kWh équivalent énergie primaire par an par m² de surface), cet indicateur caractérise la consommation énergétique conventionnelle du bâtiment sur les 5 postes (chauffage, refroidissement, ECS, eclairage, auxiliaires). Ce calcul ne prend pas en compte ni les usages électroménagers ni les consommations liées à la bureautique. Le Cep d’un bâtiment est comparé à une valeur maximale (Cep max) qui varie suivant les projets (proche de 50 kWhep/an.m²). Cette conformité est vérifiée à la réception du bâtiment.

► Tic : Température Intérieure Conventionnelle. Cet indicateur traduit la température intérieure lors d’une période de canicule de 5 jours. La Tic calculée doit être inférieure à une valeur maximum (Tic max). Ce critère est vérifié lors de la réception du bâtiment.

UNE ETUDE REGLEMENTAIRE SIMULE LA CONSOMMATION ENERGETIQUE D’UN BATIMENT SUIVANT UN USAGE CONVENTIONNEL. LES VALEURS CALCULEES NE PEUVENT PAS CORRESPONDRE A UN ENGAGEMENT DE CONSOMMATION.

En effet, l’usage que chacun fait de son bâtiment peut être différent de l’usage dit de « convention » défini par l’état.

Les paramètres peuvent être différents par exemple :

► Nombre de personnes occupant le bâtiment

► Température de chauffe

► Absences quotidiennes

► 

De même, toutes les consommations ne sont pas prises en compte :

► Electroménager

► Cuisson

► Hi-fi

► Bureautique

► 

Une étude réglementaire engage le maitre d’ouvrage et tous les acteurs de la construction vis-à-vis de la loi pour la conception et la mise en œuvre des matériaux. Elle engage les acteurs sur la performance énergétique, mais pas sur l’obligation de résultats de la consommation finale.

Peut-on déroger à la RT2012 ?

L’application de la RT2012 est OBLIGATOIRE. Il n’y aucune façon de déroger. Si le critère Bbio n’est pas respecté, le PC ne sera pas délivré. Si la performance énergétique n’est pas conforme, la DAACT (Déclaration Attestant l’Achèvement et la Conformité des Travaux) remis au service de l’état ne sera pas acceptée. Le non-respect à la RT2012 est passible d’amende de 35 000 € avec remise en conformité obligatoire. L’état peut réaliser des contrôles 3 ans après la réception (DAACT).

Pourquoi l’énergie électrique n’est pas intéressante dans le mode de calcul RT ?

L’énergie électrique est une énergie de transformation alors que le fioul, gaz, bois sont des énergies primaires. Pour produire de l’électricité il faut utiliser une énergie primaire (Charbon, Fioul, Uranium, gaz …).

Les rendements des centrales (40%) associés aux pertes dans le réseau démontrent qu’il faut mettre en œuvre 2.58 kWh d’énergie primaire pour consommer 1 kWh d’énergie électrique. Ce ratio est utilisé dans tous les calculs. Tout système électrique se voit impacter d’un coefficient de conversion en énergie primaire de 2.58, alors que les systèmes utilisant les énergies primaires (Fioul, Gaz, bois) ont un coefficient de conversion de 1. Partant de ce principe, on comprend mieux pourquoi les systèmes de chauffage électrique (effet joule) sont très défavorisés dans les calculs.